Gantz : Reborn est un Forum RPG au scénario original librement inspiré du célèbre seinen éponyme, manga écrit et dessiné par Hiroya Oku. Gore, Violent, Sexy, Épique, Stressant, Effrayant. Pour Public Averti.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kokutou Nakoshi
GANTZER
avatar

Messages : 43

Feuille de personnage
Missions:
0/0  (0/0)
Points:
0/100  (0/100)
Equipement:

MessageSujet: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   Jeu 14 Juil - 11:07

Il y avait une odeur étrange ici. Sans doute n'était-ce que l'atmosphère. Savoir qu'il y avait autant de malades, et en même temps autant de produits pharmaceutiques, cela devait faire travailler l'imagination de n'importe qui. En quatre ans qu'il venait chaque semaine ici, Kokutou était toujours bien incapable de s'y habituer.

Pour autant, il n'avait jamais décidé de s'arrêter, ni même de reporter. Depuis quatre ans, tous les samedis, il rendait visite à sa chère amie, Shiki, toujours allongée dans son lit, les yeux clos. D'un certaine manière, elle avait de la chance : elle n'était pas sous respiration artificielle. Elle avait simplement l'air endormi. La seule chose qui trahissait sa condition, c'était la perfusion qu'elle avait sur sa main. Depuis l'accident où elle s'était faite renverser, il n'y avait eu aucune complication. Seulement un long, très long sommeil. Et même si Nakoshi savait que cela ne changeait rien, il ne pouvait se résoudre un seul instant à cesser de la voir.
A chaque fois, il venait, changeait les quelques fleurs qu'il y avait dans le vase à côté de sa table de nuit, "partageait" un repas avec elle, et surtout il lui parlait simplement, s'inventant des réponses qu'elle lui aurait données.

Aujourd'hui était un plus grand jour cependant. C'était son anniversaire, le 17 février. Kokutou était à la fois heureux de venir pour une occasion si particulière, mais en même temps assez amer, pour des raisons évidentes. Mais pour changer des habitudes, plutôt que d'apporter un simple panier repas qu'il allait manger à son chevet, il cuisina pour deux. Pas de grandes choses élaborées : quelques raviolis à la vapeur, des nouilles sautées au bœuf, une glace Häagen-Dasz à la fraise (sa préférée), et dans un petit thermos, un thé aux myrtilles. Il avait aussi pris avec lui une bouteille d'Amazaka qu'il réservait aux grandes occasions : un saké traditionnel qu'il avait découvert à l'anniversaire d'un temple, sur Hokkaïdo.

"Tu sais, j'ai prié avant de l'acheter."

*Tu as prié, tiens donc. Pour la paix dans le monde et mon rétablissement ?*

"Oui, ce genre de choses."

*Non mais vraiment...*


C'était sans doute ce qu'elle aurait répondu, si elle était en mesure de la faire. Nakoshi esquissa un petit sourire à cette pensée tout en étalant ces petites affaires sur une table de la chambre. Il s'installa ensuite près d'elle, une assiette de raviolis sur les genoux.

*Je te jure... Tu te rends bien compte que je ne peux rien manger, pas vrai ?*

"Et bien ça en fera plus pour moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GANTZ
Maître du Jeu
avatar

Messages : 217

MessageSujet: Re: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   Jeu 14 Juil - 11:51


Pour certains membres du personnel, l'homme aux lunettes et à l'air sombre qui venait chaque semaine infailliblement depuis quatre ans était vraiment bizarre. Les rumeurs allaient bon train à son sujet, les femmes se plaisaient à parler d'un mari fidèle, d'un stalker, de son amant secret, voire même du coupable de l'accident ; la fiction dramatique était leur spécialité... alors que les docteurs eux, blaguaient parfois en disant qu'il avait bien de la chance d'avoir une si jolie copine, qui en plus ne parle pas et ne fait, littéralement, rien.

Pour Isaki Sakoto, jeune infirmière de 22 ans dans cet hôpital de Tokyo, tout ces propos étaient inacceptables. Aussi, par pudeur, elle cachait tant bien que mal son profond mécontentement en se refermant dans sa coquille de silence, et poursuivait ses tâches. En tant que cadette de la promotion, ses devoirs étaient qualifiés comme les plus simples et plus ingrats. L'un d'entre eux était de prendre note des changements éventuels des signes vitaux de cette patiente dans le coma depuis des années : Shiki Nagase.  
Autant dire que, malheureusement, il n'y avait que des infimes changements à ratifier. Après une si longue période de coma, le corps médical tendait à perdre patience, et espoir. Certains parlaient à demi-mot d'euthanasie, bien en dessous des vestes en raison du caractère très illégal de cette action. Pourtant, Isaki, elle, espérait. Bien souvent, elle observait de façon très solennelle, admirative presque, la venue de ce jeune homme au chevet de la belle endormie. Et ce, pendant 4 ans.

D'aucuns auraient pu dire qu'elle était devenue la stalkeuse du stalker, allant même à l'accueil il y a deux ans de cela afin de curieusement demander le nom de l'individu qui signait pour marquer ses visites. Kokutou. Kokutou Nakoshi. Et sa grande discrétion, son caractère effacé, la rendaient certainement invisible aux yeux du couple de conte de fées. Ainsi, elle avait observé.
L'infirmière n'avait pas eu de mauvaises intentions, au départ. Kokutou s'était montré chamboulé, et Isaki alors dans sa routine n'avait pas osé déranger, reportant sa ronde à plus tard, puis hésitante, avait fini par écouter l'étrange conversation que l'inconnu entretenait. Puis petit à petit, à force de régularité et d'habitude, elle avait constaté un schéma dans les allées et venues du garçon, et ce rituel était devenu une part de sa vie à elle également. Mais elle n'était qu'une ombre se tenant en silence pour écouter. Curiosité morbide ? Jalousie ? Peut-être un peu de tout ça.

La jeune femme aurait paradoxalement rêvé d'être dans le corps de Shiki Nagase. Avoir la chance d'avoir quelqu'un qui vous chérit autant, 4 ans durant, infailliblement, c'était admirable. Incroyable, même, dans la société actuelle. C'était bien pour ça qu'elle fulminait au moindre mot négatif du personnel à l'intention de cette situation qu'elle trouvait elle, véritablement romantique.

Mais sans plus de raison, aujourd'hui, elle avait oublié. Des mauvais jours qui vous sortent par la tête. Ainsi, elle était entrée sans faire attention, pour tomber au beau milieu des retrouvailles sacrées de ce couple. C'est en s'en rendant compte, aussi rose que sa tenue que certains qualifieraient d'infirmière sexy, qu'elle exécuta sa plus belle courbette des plus gênées et bafouilla son excuse.

- Ah ! Hum... Je suis désolée ! Je viens prendre les signes vitaux de mademoiselle Nagase.

De sa petite voix mal assurée, elle se mordit la lèvre en se sentant soudain fort bête d'avoir oublié ça. Elle se redressa, et en s'efforçant de ne surtout pas croiser le regard de l'homme, elle commença sa besogne en scrutant nerveusement la machine chargée de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gantzreborn.forumactif.com
Kokutou Nakoshi
GANTZER
avatar

Messages : 43

Feuille de personnage
Missions:
0/0  (0/0)
Points:
0/100  (0/100)
Equipement:

MessageSujet: Re: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   Ven 15 Juil - 12:44

Ce petit rituel, entretenir cette fausse conversation entre lui et son amie, Kokutou s'efforçait de le garder pour lui. Il était pleinement conscient de son état, qu'elle ne lui répondrait pas de quelque manière que ce soit, mais s'il faisait cela, c'était davantage pour lui que pour elle. Sa voix lui manquait, même si la majorité du temps, elle se montrait acerbe ou sarcastique avec lui. A aucun moment il n'avait essayé de jouer le jeu avec d'autres personnes, que ce soient les médecins, les infirmières ou les aides soignants de l'hôpital. Aussi, quand cette jeune infirmière déboula dans la chambre, il sursauta quelque peu, faisant tomber le ravioli qui commençait à porter dans sa bouche sur le sol.

Elle s'excusa platement, arborant une teinte rouge et une gêne clairement visible, rien que dans sa démarche. Mais Nakoshi était au moins aussi gêné. Et si elle les avait entendus ? Qu'est-ce qu'elle devait penser ?

"Oh ! Je vous en prie, faites !" dit-il simplement en se levant de son siège.

Il s'approcha d'elle, afin de ramasser le dit ravioli. Un instant, il eut envie de le manger, époussetant une poussière accrochée dessus, mais il se ravisa en voyant de nouveau la jolie infirmière. Avec regret, il le jeta dans la corbeille la plus proche.
Enfin, toujours un peu gêné par la situation, il observa la femme. A y réfléchir, il lui semblait déjà bien l'avoir croisée à plusieurs occasions, sans jamais pour autant lui parler. En même temps, depuis quatre ans qu'il était là, il était certain qu'il doive la rencontrer à un moment. En la voyant un petit peu, il se rappela l'avoir seulement saluée de loin et effectivement, l'avoir croisée quelque fois, toujours dans ce même couloir qui menait à cette même chambre.

"Je me souviens un peu de vous, nous nous sommes déjà un peu croisés. Je m'appelle Kokutou Nakoshi."

Il se courba poliment, alors que la demoiselle prenait encore des notes concernant la machine à laquelle Shiki était reliée.

"J'imagine qu'il n'y a rien de si nouveau aujourd'hui, n'est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GANTZ
Maître du Jeu
avatar

Messages : 217

MessageSujet: Re: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   Ven 15 Juil - 15:09


Kokutou Nakoshi a écrit:

"Oh ! Je vous en prie, faites !"


Elle tressaillit.

La jeune infirmière était bien embêtée. Elle était dans l'embarras. Si elle avait fait ses excuses et s'était éclipsée, elle s'en serait sortie. Mais elle avait dans sa panique entamée sa tâche et se confrontait maintenant avec l'homme qu'elle observait minutieusement depuis quatre ans. Serrant de toutes ses frêles forces son stylo alors qu'elle gribouillait le début d'une note sur la feuille de patient, elle se sentait rouge telle une pivoine jusqu'aux oreilles. Elle entendait le son de la voix de l'individu qu'elle venait de déranger, lui être directement adressée.

Cela faisait si longtemps qu'elle l'avait écouté parlé en secret, et maintenant, il LUI parlait. À elle. Elle ignorait si elle était heureuse, ou si elle était morte de trouille, ou juste terriblement gênée, ou encore les trois en même temps. Du coin de l'oeil, elle l'observait timidement, essayant tant bien que mal de se concentrer sur sa tâche tandis que son coeur battait la chamade. Jamais elle n'aurait imaginé que cette scène se produise. Elle, "seule" - songea-t-elle avec un regard coupable en direction de la comateuse, avec lui. Elle l'avait de nombreuses fois fantasmé, et n'avait jamais trouvé d'issue favorable, finissant toujours par se trouver horriblement embarrassante et ridicule. Ne rien avoir à dire. Mais la réalité était toujours pire que les fictions les plus folles, et le pire était à venir.

Kokutou Nakoshi a écrit:

"Je me souviens un peu de vous, nous nous sommes déjà un peu croisés. Je m'appelle Kokutou Nakoshi."


Lorsque Kokutou se présenta, elle déglutit le plus silencieusement possible. "Je sais", avait-elle sans doute envie de répondre au tac au tac, mais toujours les yeux rivés sur sa feuille blanche, faisant mine de gesticuler pour ne pas se trahir, elle préféra s'abstenir par crainte de soupçons.

*Il se souvient un peu de moi... ! Il... il est en train de me parler ! Kokutou-san...*

Son souffle s'accélérait. Son pouls augmentait. Isaki ne savait sans doute plus où donner de la tête à cet instant. Quel bonheur qu'il n'ait ne serait-ce qu'un vague souvenir d'elle. Cependant, la joie s'estompa rapidement pour laisser place à la désillusion. La déception même. Forcément, il l'avait à peine remarqué. C'était sa faute. Toujours une ombre, toujours distante, toujours timide. Elle fut tentée de se morfondre un instant, mais fut bientôt rattrapée par le silence qui s'était installé. Elle devait lui répondre, ce n'était pas poli, et la gêne n'excusait pas ce mutisme ! Elle allait paraître louche et détestable si elle continuait.

*Je... je devrais me présenter aussi... Mais il doit s'en ficher. Il ne m'a rien demandé. En plus mon nom est marqué sur mon badge. J'aurais l'air d'une idiote ! Aaah... que faire, Sakoto, réfléchis, vite... !*

Heureusement (?), sa réflexion intérieure fut coupée par la voix douce et grave de l'homme qui, semblant mélancolique, pointait l'évidence quant au sort tragique de sa dulcinée.

Kokutou Nakoshi a écrit:

"J'imagine qu'il n'y a rien de si nouveau aujourd'hui, n'est-ce pas ?"


Soudainement, telle une piqûre de rappel, toujours douloureuse mais nécessaire, cette phrase la ramena à la dure réalité. Il n'était pas là pour elle. Il ne l'avait pas interpellé au bout d'un couloir. C'était elle qui était venu le déranger. Elle ne pouvait pas dire que son coeur se brisait, mais elle ressentait un pincement certain. Elle n'était qu'une infirmière, qui s'occupait de sa... Qui était-elle pour lui d'ailleurs ? La question lui brûlait les lèvres, bien qu'elle se ravisa pour reprendre un masque de professionnalisme, regagnant soudain en assurance et en calme.

- Mademoiselle Nagase ne montre aucun signe distinctif d'éveil, j'en aie crainte. Je suis désolée.

À l'occasion de cette réponse des plus formelles, elle s'était tournée vers lui et respectueusement inclinée pour marquer sa sincérité. Isaki se sentait quelque peu coupable de devoir annoncer cette nouvelle en personne. D'habitude, les docteurs s'en chargeaient, mais elle ne pouvait pas se défiler à présent. Toutefois, elle ne put s'empêcher d'ajouter.

- Je suis sûre que vos présents lui font toujours plaisir et le plus grand bien. avait-elle presque murmuré en observant les fleurs, si jolies.  

Sa gorge s'était quelque peu nouée. Si la belle au bois dormant n'était qu'une fille dans le coma parmi tant d'autres, sans son prince charmant venant la visiter ponctuellement chaque semaine sans faute, elle n'aurait été qu'un cas parmi tant d'autres. Mais le caractère chevaleresque des visites récurrentes, le soin apporté à ces dernières, rendaient certainement l'affaire des plus romantiques et amères à la fois. Désespérée, même. 4 ans. 4 longues années ainsi. C'est sur ce constat que sa pensée la rattrapa malgré elle.

- Elle a beaucoup de chance d'avoir quelqu'un pour veiller sur elle ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gantzreborn.forumactif.com
Kokutou Nakoshi
GANTZER
avatar

Messages : 43

Feuille de personnage
Missions:
0/0  (0/0)
Points:
0/100  (0/100)
Equipement:

MessageSujet: Re: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   Dim 17 Juil - 16:50

"Ah ah, évidemment !" dit-il sur le ton de la plaisanterie, quand l'infirmière lui expliqua très sérieusement que Shiki était loin d'être sur le point de se réveiller.

Il le savait très bien en fait. Cette question, il ne savait même pas pourquoi il l'avait posée. Sans doute simplement pour la conversation. Car ce silence le gênait un peu. La manière dont cette infirmière ne lui adressait aucun mot, ne se présentait pas à lui... Enfin cela avait du sens. Elle n'était là que dans un but professionnel. Aussi, il s'était attendu à ce qu'après qu'elle ait bien pris toutes ses notes, elle se contente de le saluer en partant aussi vite qu'elle était arrivée.
Mais finalement, elle se montra tout à fait empathique, gentille, compte tenu des circonstances. C'était sans doute la première fois qu'elle lui parlait vraiment, et même s'il n'y croyait pas, ce furent des paroles réconfortantes. "Ses présents lui font plaisir et le plus grand bien."
Il était certain que si Shiki était capable de lui répondre, elle éclaterait de rire en disant que c'était la manière la plus stupide de gaspiller du temps et de l'argent, en préparant des repas qui ne seraient pas mangés, des bouquets qui ne seraient pas admirés et que même ses mots ne seraient pas entendus. Kokutou pensa à lui répondre quelque chose dans le genre, avec plus de tact sans doute, mais alors la jeune infirmière ajouta que Shiki avait de la chance de l'avoir pour veiller sur elle.

"Je ne sais pas..." répondit-il sans vraiment réfléchir. Il marqua une pause, puis ajouta : "Des fois je me demande si ça vaut vraiment quelque chose. Je veux dire... Pour elle. Je ne crois pas qu'elle se rende compte, qu'elle m'entende, que cela fasse une différence."

Comme il s'était levé, il s'approcha un peu d'elle et lui pris doucement la main. C'était étrange, il se permettait rarement de faire une chose pareille. Mais cette fois-ci en particulier il en eut envie.

"Si je viens, c'est surtout pour moi après tout. C'est elle qui me manque. Pas l'inverse."

Puis il se tourna de nouveau vers l'infirmière.

"Enfin, si cela pouvait vraiment changer quelque chose, alors je me doute que oui, elle a de la chance de m'avoir. Et puis elle vous a aussi. Vous faites la plus grande partie du travail, non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GANTZ
Maître du Jeu
avatar

Messages : 217

MessageSujet: Re: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   Dim 17 Juil - 21:54



Musique : Ken Arai : LIVES - Kiseijuu OST

Kokutou Nakoshi a écrit:

"Je ne sais pas..." répondit-il sans vraiment réfléchir. Il marqua une pause, puis ajouta : "Des fois je me demande si ça vaut vraiment quelque chose. Je veux dire... Pour elle. Je ne crois pas qu'elle se rende compte, qu'elle m'entende, que cela fasse une différence."


Le sang d'Isaki ne fit qu'un tour. Elle eut envie sur le coup de lui rétorquer de façon très véhémente son désaccord, mais se ravisa in-extremis par pudeur. Comment pouvait-il penser ces choses s'il s'entêtait à venir ici si régulièrement depuis 4 ans... ? L'infirmière se sentait en colère et démunie, frappée d'incompréhension. Elle qui l'admirait pour son comportement, elle avait l'impression de tomber de haut en entendant ses propos égoïstes. Son coeur se calma néanmoins lorsqu'elle le vit tenir la main de Shiki. Elle n'avait pas souvenir de l'avoir vu faire ça, ou alors ce fut extrêmement rare.

Kokutou Nakoshi a écrit:

"Si je viens, c'est surtout pour moi après tout. C'est elle qui me manque. Pas l'inverse."


Elle déglutit alors. Elle avait presque envie de pleurer. Même si ses mots étaient égocentristes, ils étaient aussi très émouvants, surtout résonnant au creux du coeur d'une jeune femme telle qu'elle. Isaki n'était pas capable d'imaginer la situation de Kokutou-san, ni ses sentiments, mais elle tentait de les deviner, et il en découlait de la souffrance. Quoiqu'on en dise, il était formidable de tenir autant à quelqu'un et de faire preuve d'autant d'efforts. Elle ravala ses émotions en retournant sur la feuille d'hôpital qu'elle tenait toujours en mains et commença enfin à noter les données qu'elle était en charge de recueillir. À temps, puisque ce fut à cet instant que son interlocuteur se retourna vers elle pour poursuivre sa tirade.

Kokutou Nakoshi a écrit:

"Enfin, si cela pouvait vraiment changer quelque chose, alors je me doute que oui, elle a de la chance de m'avoir. Et puis elle vous a aussi. Vous faites la plus grande partie du travail, non ?"


Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Elle fit volte-face, et se tint droite devant lui en le fixant bien dans les yeux. Son faciès de demoiselle intimidée laissa place au visage de la conviction. Elle occulta de prime abord ses hommages envers son travail pour lui rétorquer de sa voix féminine aigu visiblement affectée par ses sentiments :

- Ne dites pas ça ! Ça change beaucoup de choses ! Vous n'avez pas idée du nombre de patients abandonnés en quelques mois car plus personne de leur famille ne daigne venir les voir ! Et... et ces pauvres gens finissent par mourir oubliés, débranchés, dans l'indifférence... !

Bien que l'émotion transparaissait dans le timbre de sa voix, elle ne semblait pas vraiment en colère, mais plus indignée. C'était comme si elle s'était sentie pousser des ailes de courage afin de sermonner cet homme, afin de lui redonner espoir.

- Même si Mademoiselle Nagase est dans le coma, elle vous a, vous ! Alors que ses propres parents ne viennent que très rarement la visiter, contrairement à vous qui venez lui tenir compagne depuis si longtemps ! Ce... ce n'est pas juste de penser ainsi !

Et soudain, elle se rendit compte à la fois de ses propos comme de son comportement, et se renfrogna derechef en serrant fort contre sa maigre poitrine le carnet de notes, visage baissé.

- Je... je suis désolée. Ce n'est pas ma place de dire ces choses-là.

La tête lui tournait un peu. Elle ignorait si c'était dû à l'embarras, l'adrénaline, la confusion, ou autre chose, mais fébrile, elle gagna la chaise la plus proche et posa un regard mélancolique sur le lit de la patiente. Avant même que Kokutou n'ait le temps de répliquer quoi que ce soit, elle enchaîna, avec un ton beaucoup plus doux et calme, presque triste.

- Parfois... je lui parle lorsque je viens m'occuper d'elle. Je lui parle parce que je pense-- Non, je sais, qu'au fond d'elle, elle peut nous entendre. Je n'imagine pas à quel point cet endroit où elle se trouve doit être terrifiant et solitaire.

C'était la vérité, selon elle. Ce qu'elle pensait vraiment. Elle y croyait dur comme fer. Et partie dans son monologue, elle enchaîna finalement en posant son regard ému vers Kokutou.

- Moi, c'est mon travail, mon devoir. C'est ce que l'on attend de moi. C'est normal que je m'occupe d'elle, comme de tous les patients de cet hôpital. Mais vous... Il n'y a rien qui vous oblige à revenir ici toutes les semaines de la sorte. Juste...
...
Qui est-elle pour vous ?


Sa question pouvait sembler terriblement audacieuse et déplacée. C'était en plus la première fois qu'ils s'adressaient mutuellement la parole. Et pourtant, dans sa témérité et sous le coup de cette violence émotionnelle, sans doute cette frustration du silence emmagasinée depuis une éternité, elle s'était libérée de ce fardeau d'une traite. Si elle avait dépassé les bornes, elle en subirait sans mots les conséquences. En attendant, son regard humide brillait, non pas d'une curiosité malsaine, mais de celle du coeur, et semblait chercher réponse dans les yeux discrets de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gantzreborn.forumactif.com
Kokutou Nakoshi
GANTZER
avatar

Messages : 43

Feuille de personnage
Missions:
0/0  (0/0)
Points:
0/100  (0/100)
Equipement:

MessageSujet: Re: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   Lun 18 Juil - 19:20

Ce qu'avait dit Kokutou était sincère, mais innocent. Pour lui, cela ne semblait pas possible que sa propre présence change quelque chose pour Shiki. Cela lui faisait évidemment du bien de lui parler, mais il ne croyait pas que dire des choses, cuisiner des choses, pour le vide dans lequel se trouvait son amie, cela changerait quelque chose. Aussi, la réaction acerbe et passionnée de l'infirmière l'étonna au plus haut point. Elle était complètement contre cette idée : Pour elle, sa présence était significative.

Elle avait raison sur un point : ils pouvaient pas imaginer comme l'endroit où Shiki se trouvait pouvait être terrifiant et solitaire. C'était bien pour cela que Nakoshi ne voyait pas ce qu'il pouvait changer. Oui, il venait avant tout pour lui, puisqu'il ne pouvait rien changer à sa condition. Elle resterait ainsi jusqu'à ce que quelque chose se déclenche chez elle.
Cela dit, elle releva un point qui le surprit : sa famille ne venait que très peu la visiter. C'était une chose à laquelle il ne s'attendait absolument pas, surtout compte tenu de la manière dont elle s'était impliquée dans leur relation pourtant purement amicale. Comment était-il seulement possible que cette famille qui avait tant laissée son empreinte sur cette enfant pouvait simplement... L'abandonner ? Car oui, c'était un abandon, comme l'avait souligné cette infirmière.

Mais enfin, cette dernière termina son flot de... "reproches" s'ils en étaient vraiment, en posant une simple question à son interlocuteur. Qui elle était pour lui ?
Que pouvait-il répondre ? Une amie ? Son amie ? Une camarade de classe dont il s'est rapproché ? Lui-même n'y croyait pas. Et pourtant, il ne pouvait pas même dire si elle était son amante. Il s'était toujours figuré que cet amour qu'il entretenait, aussi sobre et discret soit-il, était seulement à sens unique.

"Je..." bégaya-t-il sans trouver de réponses.

Il resta un moment ainsi, qui lui parut une longue minute, pour finalement se plier, sans répondre pour autant.

"Je suis désolé, vous avez raison. Je ne me figurais pas que ma présence, en particulier, change quelque chose pour elle, où qu'elle se trouve."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GANTZ
Maître du Jeu
avatar

Messages : 217

MessageSujet: Re: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   Mar 19 Juil - 14:08


Kokutou Nakoshi a écrit:

"Je..." bégaya-t-il sans trouver de réponses.


Visiblement, Kokutou était troublé. Isaki attendait sa réponse impatiemment. Mais plus les secondes passaient, plus elle s'attendait au silence. Quelque part au fond d'elle, elle savait que le jeune homme allait ignorer cette question, soit par pudeur, soit par virilité, soit par... Par quoi exactement ? Qu'est-ce qui faisait que les hommes étaient si incertains de leurs sentiments ? Elle avait souvent eu affaire et vu ça, sans jamais être capable de mettre le doigt sur la raison exacte de ces incertitudes.

Kokutou Nakoshi a écrit:

"Je suis désolé, vous avez raison. Je ne me figurais pas que ma présence, en particulier, change quelque chose pour elle, où qu'elle se trouve."


Alors, elle baissa la tête. S'excuser auprès d'elle... ce n'est pas elle qui était offensée. Son regard se posa sur Shiki. Mais elle se sentit ridicule. Elle ne voulut pas s'entêter, elle en avait déjà assez fait comme ça et se sentait à présent embarrassée de sa conduite. Exaspérée même. C'était comme si elle appartenait à une religion et lui à une autre. Malgré ses propos, Isaki avait pu sentir dans l'intonation de la voix du concerné son incrédulité.
C'est un "don" que l'on finit par acquérir dans ce milieu. Savoir maîtriser ses propos et émotions pour annoncer les pires nouvelles, les moins pires, et parfois les plus joyeuses aux familles des hospitalisés, voire aux patients eux-mêmes. Savoir également lire l'émotion chez son interlocuteur et en venir au sujet sans détour.

- Non, c'est moi qui suis désolée. Tout ça ne me regarde pas. J'ai dépassé les bornes et fait preuve d'un manque de professionnalisme déplacé. articula-t-elle avec un ton très formel.

Elle soupira, se releva, et termina ses notes. C'était elle qui était venu interrompre leur événement par étourderie. C'était elle aussi qui avait laissé ses émotions prendre le dessus par attachement personnel - un attachement complètement déraisonnable. À bien y penser, elle se trouvait dégoûtante... Car elle se dit que si Kokutou avait vent de son comportement depuis quatre ans, il la prendrait pour une folle obsédée. Tentant de chasser ces pensées désagréables, elle reporta son attention sur la patiente.

Avec un ton quelque peu mélancolique, elle posa délicatement sa main sur le poignet de Shiki et murmura quelques mots à son attention.
- Bon anniversaire, Mademoiselle Nagase. S'il-vous-plaît, revenez-nous vite.

Elle esquissa un maigre sourire, quelques mèches de ses longs cheveux noirs tombant délicatement devant son visage par dessous son couvre-chef d'infirmière. Enfin, elle se tourna vers l'éternel visiteur, décidant de s'éclipser à présent. Elle l'avait bien assez dérangé ainsi. Peut-être que ses paroles auraient finalement un impact sur sa façon de percevoir les choses, peut-être pas.

- Je vous laisse, Kokutou-san. Désolé de vous avoir dérangé.

Ainsi, elle franchit la porte et la referma derrière elle, laissant à nouveau le "couple" dans le silence et les échos du monologue de Kokutou Nakoshi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gantzreborn.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un anniversaire à l'hôpital Aiiku [Pré-Mission 1]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Anniversaire 2010 du Chef d' Etat-Major
» BON ANNIVERSAIRE DROOPY
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GANTZ : REBORN  :: RP :: Tokyo :: Autres bâtiments-
Sauter vers: